sangnom masculin(latin sanguis, -inis) Cet article fait partie


Le sang est véhiculé par l'appareil circulatoire jusqu'aux tissus, où il remplit des fonctions essentielles ; en mouvement permanent, il représente l'élément de liaison entre tous les tissus.
Les composants du sangLe sang contient plusieurs types de cellules dont les rôles sont très différents et vont du transport de l'oxygène à la production d'anticorps ; elles appartiennent à trois catégories : les globules rouges (hématies ou érythrocytes), les globules blancs (leucocytes) et les plaquettes (thrombocytes). Toutes ces cellules ont certains points communs : notamment, elles passent une partie de leur existence emprisonnées dans des tissus – pendant l'autre partie, elles circulent librement dans le sang. Leur durée de vie est limitée : produites en permanence pendant la vie de l'individu, elles sont détruites de la même manière. Par ailleurs, elles sont toutes issues du même type de cellules souches hématopoïétiques, lesquelles sont dites pluripotentes.Pour maintenir l'homéostasie (équilibre intérieur), chaque système doit avoir la possibilité de s'auto-renouveler. Les catégories de cellules sont produites en quantités différentes, et selon les besoins. L'étude du renouvellement cellulaire dans le sang nécessite des techniques expérimentales qui utilisent des traceurs radioactifs. Le tissu hématopoïétique contient des cellules capables de produire chaque jour de 400 milliards à 500 milliards de cellules sanguines.C'est un tissu hiérarchisé qui comporte trois compartiments : médullaire, avec les cellules immatures (ou progéniteurs) ; de maturation ; sanguin, avec les cellules différenciées.La morphologie des cellules sanguines peut être étudiée sur des frottis de sang coloré. Leur numération par unité de volume (microlitre ou litre) est effectuée par des méthodes électroniques automatisées, rapides, précises et reproductibles.Les fonctions du sangLa première est le transport des gaz respiratoires, qui assure les échanges entre les poumons et les tissus : le sang apporte l'oxygène nécessaire à leur fonctionnement et emporte le dioxyde de carbone, déchet du métabolisme tissulaire, afin qu'il soit éliminé.Le sang apporte aux cellules les nutriments issus de la digestion et emporte les déchets (urée, électrolytes, etc.) du métabolisme jusqu'au foie et aux reins, qui assurent leur élimination. Il joue également un rôle dans la thermorégulation.Le sang participe à la défense immunitaire de l'organisme, et il dispose de plusieurs mécanismes pour lutter contre le développement de micro-organismes (bactéries, virus, parasites). Cette fonction, qui repose essentiellement sur les globules blancs, consiste en des réactions immunes spécifiques de l'antigène et des réactions non spécifiques.Sa fonction tampon permet au sang, en relation avec les poumons et les reins, de participer, grâce aux différents sels qu'il contient (tels les bicarbonates), au maintien de l'équilibre acido-basique du milieu intérieur.La fonction d'hémostase et de coagulation sanguine intervient pour arrêter tout saignement, qu'il soit interne ou externe : au cours d'une première étape, dite « hémostase primaire », entrent en jeu les plaquettes ; la seconde étape, la coagulation proprement dite, correspond à l'activation de nombreux facteurs plasmatiques solubles (appelés facteurs de la coagulation) aboutissant à la production de fibrine pour obtenir un caillot insoluble.Les maladies du sangLe sang est le reflet de nombreuses pathologies qui affectent soit la moelle osseuse (origine centrale), soit, directement, les cellules sanguines circulantes (origine périphérique). Toutes les maladies se traduisent soit par une diminution des cellules sanguines normales, ou cytopénie – dans le cas des hématies, on parle d'anémie, et dans celui des plaquettes, de thrombopénie –, soit par une augmentation de cellules normales – polyglobulie, si ce sont des hématies – ou anormales, comme dans les leucémies.Les anémies, anomalies les plus fréquentes, sont caractérisées par une diminution de l'hémoglobine, accompagnée ou non d'une réduction du nombre des hématies circulantes. Leurs causes sont multiples : manque de fer et de certaines vitamines (anémies carentielles), moelle osseuse déficiente (aplasie médullaire) en relation avec une cause infectieuse ou toxique, ou avec une prolifération anarchique de cellules cancéreuses, qui « étouffent » progressivement les cellules souches normales (leucémies).Certaines maladies de la moelle qui sont mortelles nécessitent le recours à une greffe ; dans l'attente d'un donneur compatible, le seul traitement substitutif repose sur les transfusions sanguines.Dans certaines régions du monde (Bassin méditerranéen, Afrique), on rencontre fréquemment des anémies (dites hémolytiques) secondaires à une anomalie héréditaire de l'hémoglobine (thalassémie, drépanocytose, etc.), qui va de pair avec un raccourcissement important de la durée de vie des hématies. Dans certaines situations pathologiques acquises, des auto-anticorps, spécifiques d'antigènes présents sur les hématies ou les plaquettes, peuvent être à l'origine de cytopénies auto-immunes comme la thrombopénie.Le prélèvement de sang Lors d'un prélèvement de sang, afin d'éviter la formation d'un caillot – ce qui fournirait du sérum – et ainsi permettre une analyse, il faut ajouter un anticoagulant capable d'inhiber de façon permanente la coagulation. Le sang anticoagulé peut être conservé à 4 °C pendant 24 h. Les cellules sont isolables par centrifugation (technique de séparation des cellules et du plasma). Les progrès des méthodes microscopiques ont permis à la science du sang de prendre son essor. Le sang peut être prélevé chez un donneur volontaire sain pour être utilisé en transfusion sanguine.
Aucun site ajouté récemment
 
Propulsé par Arfooo Annuaire © 2007 - 2009    Generated in 0.049 Queries: 19 Référencement