résistance

nom féminin

Cet article fait partie du DOSSIER consacré à l'électricité.

Action de résister physiquement à quelqu'un, à un groupe, de s'opposer à leur attaque par la force ou par les armes : Se laisser arrêter sans résistance.
Action de résister à une autorité, de s'opposer à ce qu'on n'approuve pas : Résistance à l'arbitraire. Se heurter à la résistance de ses proches.
Capacité de quelqu'un à résister aux épreuves physiques ou morales, d'un être vivant à résister à des conditions de vie extrêmes : Avoir une bonne résistance à la fatigue.
Propriété d'un matériau de résister aux effets d'un agent extérieur : Matière textile utilisée pour sa résistance.
Force qui s'oppose au mouvement dans un fluide : La résistance de l'air.
Plat de résistance, le plat principal d'un repas.Électricité Quotient de la tension U aux bornes d'une résistance idéale par le courant I qui la parcourt. (R = U/I, ce qui constitue l'expression de la loi d'Ohm.) Dispositif caractérisé essentiellement par sa résistance électrique. (Synonyme : résistor.) Résistance idéale, bipôle élémentaire idéal dans lequel la tension instantanée est proportionnelle au courant instantané. Résistance pure ou résistance morte, bipôle passif dans lequel toute l'énergie électrique mise en jeu est convertie en chaleur par effet Joule.Électronique Résistance interne d'un tube ou d'un transistor, rapport d'une faible variation de la tension appliquée à la sortie (ou à l'entrée) à la variation de l'intensité du courant qui en résulte dans le même circuit, les autres paramètres demeurant constants.Géologie Aptitude d'une roche à conserver les éléments qui la composent. (La résistance est liée aux constituants de la roche, à leur cohérence, à la granulométrie ; elle dépend aussi de la nature des agents de l'érosion en rapport avec le relief et, surtout, le climat.)Histoire Mouvements de résistance ou la Résistance, groupements spontanés de résistants pendant la Seconde Guerre mondiale. Parti de la Résistance, au début de la monarchie de Juillet, parti des orléanistes conservateurs, avec Guizot et Casimir Perier, opposé au parti du Mouvement.Matériaux Résistance des matériaux, partie de la mécanique appliquée ayant pour objet l'évaluation des contraintes et des déformations subies par une structure sous l'action de forces extérieures données.Militaire Centre de résistance, ensemble d'organisations défensives, occupé par un effectif de l'ordre de grandeur d'un bataillon ou d'un régiment. (Il est parfois articulé en points d'appui.)Physique Coefficient de résistance, coefficient sans dimension défini par la formule où Rx est la résistance, V la vitesse du corps, S une surface de référence de celui-ci, et ρ la densité du fluide. (Dans les limites permises aux avions, la résistance de l'air est exprimée par : R = KSV2, S étant le maître-couple, V la vitesse et K un coefficient dépendant de la forme de l'appareil et de l'angle d'incidence de sa voilure.) Résistance de frottement, résistance engendrée par la viscosité d'un fluide. Résistance d'onde, résistance liée à la propagation des ébranlements provoqués par le mouvement du corps dans le fluide (ondes de surface pour un navire, ondes de choc pour un projectile ou un avion supersonique).Psychanalyse Manifestation du refus du sujet de reconnaître un matériel inconscient.

ÉLECTRICITÉRésistance des conducteursLa résistance d'un conducteur quelconque est le quotient de la puissance électrique qui y est transformée en chaleur par le carré de l'intensité du courant. La résistance électrique d'un fil conducteur homogène a pour expression R = ρ. L/s, l étant la dimension dans le sens des lignes de courant, s étant l'aire de la section normale aux lignes de courant et ρ la résistivité du matériau.La résistance R d'un conducteur homogène dépend donc de plusieurs facteurs : elle est proportionnelle à sa longueur l et diminue lorsque sa section augmente ; elle dépend également de sa résistivité, selon la valeur de laquelle on dit d'un matériau qu'il est conducteur ou isolant. L'unité SI de résistance est l'ohm, de symbole Ω.Résistance et circuits électriquesD'autre part, la résistance d'un circuit se définit par rapport à l'intensité I qui y circule sous l'effet d'une différence de potentiel U, selon la loi d'Ohm : R = U/I.Les lois de la résistance ne s'appliquent qu'aux courants continus, ou alternatifs à basse fréquence. En général, la résistance d'un corps augmente avec la température ; elle peut également varier avec la pression.La résistance R équivalente à plusieurs résistances R1, R2, …, Rn montées en série est égale à la somme des résistances : R = R1 + R2 + … + Rn.La résistance R équivalente à plusieurs résistances R1, R2, …, Rn montées en parallèle est égale à l'inverse de la somme des inverses des résistances : 1/R = 1/R1 + 1/R2 + … + 1/Rn.Résistance et impédanceLorsqu'un circuit contenant une self et une capacité est soumis à un courant alternatif, il oppose au courant une résistance qui ne dépend pas de la seule résistivité du corps, mais qui est une fonction complexe de la résistivité, de la fréquence du courant, du type de montage, de la capacité et de la self : c'est l'impédance.Résistance des machines tournantesLes moteurs opposent au courant une résistance qui dépend de leur vitesse de rotation ; c'est pourquoi il est nécessaire, pour certains d'entre eux, d'insérer dans le circuit des résistances additionnelles, dites de démarrage, pour limiter l'intensité du courant à bas régime. Certains conducteurs voient leur résistance disparaître au-dessous d'une certaine température très basse : c'est le phénomène de la supraconductivité.

MATÉRIAUXLa résistance des matériaux admet pour bases trois hypothèses fondamentales : 1° le principe de Saint-Venant, l'état de contrainte en un point ne dépend que des éléments de réduction du torseur des forces extérieures, à condition que le point d'application de ces forces soit éloigné du point considéré ; 2° l'hypothèse de Navier-Bernoulli, les sections planes, normales à la fibre moyenne d'une poutre, restent planes et perpendiculaires à la fibre moyenne au cours de la déformation de la poutre résultant des charges appliquées ; 3° la loi de Hooke, les relations qui lient les contraintes et les déformations sont linéaires et homogènes ; donc le comportement du matériau est élastique linéaire.À partir de ces hypothèses, la résistance des matériaux permet de déterminer, sous l'action de charges données, l'état de contrainte en un point quelconque, de prévoir le déplacement subi par une section quelconque de la structure et d'évaluer les réactions d'appui des systèmes hyperstatiques.
Aucun site ajouté récemment
 
Propulsé par Arfooo Annuaire © 2007 - 2009    Generated in 0.039 Queries: 19 Référencement