islamisme

nom masculin Synonyme vieilli de islam.
Mouvement regroupant les courants les plus radicaux de l'islam, qui veulent faire de celui-ci, non plus essentiellement une religion, mais une véritable idéologie politique par l'application rigoureuse de la charia et la création d'États islamiques intransigeants.

Dès l'origine, le fondamentalisme musulman professe le strict retour aux textes de base de l'islam (Coran et sunna). Au sein du fondamentalisme, l'islamisme est un mouvement qui formule la révélation divine en termes politiques et exige que la charia soit la source unique du droit et du fonctionnement de la société. Par l'élan donné à l'intégrisme partout dans le monde, ses partisans, théologiens ou laïcs, entendent relever le défi moderniste propre aux sociétés occidentales. Leur but est de s'approprier l'appareil d'État et de contrôler les consciences individuelles.
Les premiers mouvements islamistesLe premier penseur islamiste est Djamal al-Din al-Afghani (seconde moitié du XIXe s.). L'islamisme s'incarne dans la seconde moitié du XXe s. en trois mouvements : deux sunnites et un chiite. Les mouvements sunnites sont l'association des Frères musulmans, fondée en 1927/1928 en Égypte par Hasan al-Banna', et le Djama at-i-Islami, créé en 1941 en Inde, alors britannique, par Abul-Ala Mawdudi. Dans le monde chiite, l'imam Khomeyni, en exil, réclame dès le début des années 1970 le pouvoir des religieux sur l'État.L'islamisme contemporainAvec la révolution islamique qui renverse le chah en 1979, l'islamisme devient en Iran un véritable mouvement de masse, alors qu'à la même époque il reste confiné à des groupes épars dans le monde sunnite. Mais, à partir de la fin des années 1980, il s'y développe considérablement. Des groupes armés mènent alors des actions en Égypte (où ce sont des islamistes qui assassinent le président Anouar el-Sadate en 1981), en Somalie, en Algérie, au Yémen, en Afghanistan, au Pakistan, en Indonésie, aux Philippines, ou encore en Russie (Tchétchènes ; Tchétchénie), au Kirghizistan et au Tadjikistan.En général, les militants islamistes ne sont pas des religieux (sauf en Iran). Beaucoup d'entre eux sont des citadins qui ont fait des études supérieures. Certains ont formé des partis politiques reconnus, quoique surveillés. D'autres, nullement intégrés dans une vie politique nationale, sont adeptes de l'action révolutionnaire et du terrorisme. C'est au nom de l'islamisme que les talibans, au pouvoir en Afghanistan entre 1996 et 2001, ont poussé leur logique de gouvernement jusqu'à la terreur et que l'association al-Qaida d'Oussama Ben Laden a fomenté les attentats spectaculaires contre New York et Washington, le 11 septembre 2001, puis contre Madrid le 11 mars 2004.L'islamisme le plus fanatique recrute à l'échelle planétaire (les prisonniers que les Américains ont faits en Afghanistan sont originaires d'au moins 25 pays, y compris européens) et dispose de camps d'entraînement pour grossir les rangs des « combattants d'Allah » prêts à répandre le terrorisme international. On trouve parmi eux de jeunes volontaires de la mort, nouveaux kamikazes de l'ère technologique. Toutefois, le courant d'opinion qui viserait à justifier ce type de terrorisme en récupérant la cause palestinienne ne rencontre pas de consensus dans le monde musulman.
Aucun site ajouté récemment
 
Propulsé par Arfooo Annuaire © 2007 - 2009    Generated in 0.041 Queries: 19 Référencement