ironie

nom féminin
(latin ironia, du grec eirôneia, action d'interroger) Manière de railler, de se moquer en ne donnant pas aux mots leur valeur réelle ou complète, ou en faisant entendre le contraire de ce que l'on dit : Savoir manier l'ironie.
Opposition, contraste entre une réalité cruelle, décevante et ce qui pouvait être attendu : Je ne goûte pas l'ironie de la situation.
Ironie socratique, art par lequel Socrate interrogeait un disciple sur des points apparemment éloignés du sujet, et l'amenait, par un jeu de questions successives, à retourner au sujet initial en le mettant en face d'une contradiction majeure dans laquelle le disciple s'enferrait.
Ironie du sort, événement qui survient si malencontreusement qu'il apparaît comme une moquerie du destin.

RHÉTORIQUEL'ironie consiste à faire entendre ou dire le contraire de ce que l'on pense ou veut faire penser. Elle commande diverses figures de rhétorique (la litote, l'antiphrase, l'hyperbole, etc.) et a toujours pour conséquence, comme l'indique l'étymologie du terme, d'entraîner l'auditeur/lecteur à s'interroger sur ce qu'on a pu vouloir dire. De cette inévitable interrogation, Socrate a fait la base de sa maïeutique, Aristote un instrument de sa rhétorique, les Alexandrins avec Callimaque un élément fondamental de leur esthétique perpétuellement décentrée et Kierkegaard la faculté de « vivre poétiquement » : se ménager un espace secret en obligeant l'autre à se démasquer. Distincte du trait direct, l'ironie s'en rapproche cependant par la prise qu'elle ambitionne sur le monde (en cela elle se distingue de l'humour) et prévaut dans les époques qui suscitent un mélange de lucidité, d'équilibre du raisonnement et de critique : le XVIIIe s. français est, sur ce point, exemplaire, prolongé par les publicistes et les pamphlétaires du siècle suivant, de P.-L. Courier à Rochefort. L'ironie désigne plus généralement l'ambivalence esthétique de toute œuvre. F. Schlegel a défini l'ironie romantique par le jeu de l'objectivité et de la subjectivité (« la claire conscience de l'agilité éternelle, du total chaos infini »), qui s'oppose à toute synthèse harmonieuse des contraires et privilégie les formes d'expression « ouvertes » (essai, paradoxe, fragment) ; l'ironie tragique, qui est issue, chez les Grecs, de l'ironie du sort, marque l'opposition entre la connaissance que le spectateur a de la situation, et l'ignorance dans laquelle se trouve le personnage dramatique (Œdipe). Le New Criticism a vu dans l'ironie le principe de toute poétique et de toute lecture : l'ironie assure la synthèse formelle des antinomies qui commandent l'œuvre et qui placent l'expérience du lecteur sous le signe de la tension. C'est faire des constats de la rhétorique et de l'esthétique du wit les déterminations de l'entreprise littéraire.→ rhétorique, → figure
Aucun site ajouté récemment
 
Propulsé par Arfooo Annuaire © 2007 - 2009    Generated in 0.039 Queries: 19 Référencement