1. point

nom masculin
(latin punctum, de pungere, piquer) Élément d'espace, de dimension très réduite, qui est ou qui peut être figuré par l'intersection de deux droites : Par deux points distincts ne peut passer qu'une seule droite.
Très petite marque de forme plus ou moins déterminée : Angine avec des points blancs.
Très petit rond utilisé comme signe graphique, comme marque spécifique, distinctive, etc. : Les lettres i et j comportent un point.
Lieu précis, endroit déterminé : Fixer un point de l'horizon. Trouver un point d'eau dans le désert.
Lieu, moment abstrait défini par une caractéristique : Toucher un point sensible.
Douleur aiguë bien localisée : Avoir un point dans le dos.
Sujet, question quelconque ou aspect, étape d'une question d'un discours, d'un développement : Discuter un point de droit. C'est un point sur lequel je ne reviendrai pas.
Niveau, seuil, degré où quelque chose change d'état : Point de fusion.
État, situation de quelqu'un ou de quelque chose, degré atteint : Nous en sommes toujours au même point. À ce point d'hypocrisie, la discussion n'est plus possible.
Chaque unité d'une échelle de notation ; unité attribuée à un joueur, à un sportif au cours d'une partie, d'une compétition : Il lui a manqué six points pour être reçu.
À l'intérieur d'un système de calcul (pourcentage, indice, cote, etc.), unité de compte : L'inflation a augmenté de deux points sur l'année dernière.
Signe utilisé parfois à la place de la virgule dans la numérotation décimale.
À point, au degré souhaité ou souhaitable : Le fromage est à point ; se dit d'une viande rouge grillée, cuite jusqu'au cœur du morceau.
À point (nommé), à propos, au bon moment : Rien ne sert de courir, il faut partir à point.
Au point de, que, à un tel niveau que cela entraîne telle conséquence.
À un point, à un degré qu'on a de la peine à imaginer.
Au dernier point (dans la langue littéraire), au plus haut point, extrêmement, au plus haut degré.
Bon ou mauvais point, marques positives ou négatives attribuées aux élèves des petites classes, parfois matérialisées par de petits rectangles de carton ; acte entraînant un jugement positif ou négatif.
De point en point, exactement, du début à la fin.
En tout point, en tous points, entièrement, parfaitement : Reproduction en tout point conforme au modèle.
Être au point, être dans l'état correct, recherché, en parlant de quelque chose ; être bien préparé pour une action, en parlant de quelqu'un (familier).
Faire le point, déterminer, au moyen d'observations et de calculs, la position géographique d'un navire ou d'un avion ; prendre une connaissance précise d'une situation donnée.
Faire un point à quelque chose, le raccommoder sommairement.
Jusqu'à un certain point, de façon partielle.
Mettre au point, régler quelque chose, l'arranger, le préparer dans les détails ; régler un dispositif optique, un appareil photographique de manière à obtenir la netteté maximale de l'image.
Mettre les choses au point, expliciter un problème, poser nettement une question, préciser sa position dans une affaire.
Point à la ligne, point placé à la fin d'un paragraphe ; indique qu'une question a été surabondamment traitée et qu'il est bon de passer à un autre sujet.
Familier. Point barre !, la discussion est close ; ça suffit !
Point commun, élément de ressemblance entre deux choses, deux êtres.
Point mort, dans l'évolution d'un processus, moment où il est arrêté ; seuil d'activité d'une entreprise (exemple : le chiffre d'affaires) que celle-ci doit atteindre pour couvrir la somme de ses coûts fixes et de ses coûts variables et dégager ainsi un bénéfice ; dans un dispositif de transformation de mouvement, position particulière de l'organe entraîné, qu'il ne peut quitter qu'en continuant par inertie un mouvement préalablement amorcé ; position de la commande du dispositif de changement de vitesse d'une automobile, telle que l'arbre primaire n'entraîne pas l'arbre secondaire.
Point noir, comédon ; difficulté grave, élément négatif, lieu où surgissent des problèmes, en particulier endroit où la circulation est particulièrement difficile ou dangereuse.
Point d'orgue, temps d'arrêt, pause au cours ou au terme d'une action qui a été menée sur un rythme soutenu ; en musique, signe d'interprétation qui marque un repos sur une note, de longueur indéterminée ().
Point de vente, lieu où s'exerce une activité de vente au détail.
Rendre des points à quelqu'un, lui être supérieur dans un domaine déterminé.
Sur le point de, au moment de ; très près de : Être sur le point de partir.
Un point, c'est tout, il n'y a rien de plus à dire.

Acupuncture
Zone de la peau ou d'une muqueuse répondant à une fonction précise du corps humain. (Le point a un rôle diagnostique et un rôle thérapeutique : c'est lui que l'on stimule par les aiguilles, les moxa ou le massage. Il existe environ 500 points répertoriés.)
Aéronautique et Astronautique
Point astronomique, détermination de la position géographique d'un avion ou d'une fusée à partir de repères fixes du ciel.
Point fixe, manœuvre qui consiste, avant le décollage, à faire tourner en bout de piste, pendant quelques instants, les moteurs au régime maximal.
Bijouterie
Centième partie d'un carat.
Botanique
Point de compensation, valeur minimale de l'éclairement d'un lieu, pour laquelle la photosynthèse et la respiration s'équilibrent. (Au-dessous du point de compensation, la plante use ses réserves, au-dessus il y a croissance. Chez les plantes aquatiques, le point de compensation détermine la profondeur maximale à laquelle ces végétaux peuvent vivre.)
Bourrelerie
Partie de cuir comprise entre deux coups d'alêne, et enrobée de fil.
Broderie, Couture et Dentelle
Unité répétitive de travail d'un ouvrage ; type d'ouvrage ainsi réalisé.
Maille d'un tricot ; manière de tricoter les mailles pour obtenir un certain effet.
Chemin de fer
Point d'arrêt, simple aménagement, le long de la voie, d'un ou deux quais destinés à l'accès des voyageurs.
Chaussure, Ganterie et Chapellerie
Unité de mesure non métrique de la longueur d'une chaussure, de la taille d'un gant ou d'un chapeau, appelée de ce fait pointure.
Droit
Unité de calcul servant à fixer le montant du salaire de base. (Dans certaines professions, ce dernier est calculé d'après un coefficient.)
Unité de calcul des avantages d'assurance vieillesse dans certains régimes fonctionnant par répartition. (Chaque cotisation versée est évaluée en un certain nombre de points ; la pension de retraite est égale à la somme des points acquis par les cotisations.)
Géologie
Point chaud, zone du manteau où se formerait du magma s'élevant en panache jusqu'à la surface terrestre en dehors des zones orogéniques.
Point triple, point ou région circulaire où se séparent trois plaques de la lithosphère.
Géométrie
Configuration élémentaire, idéalisant un corps extrêmement petit.
Héraldique
Une des neuf divisions de l'écu.
Chacune des divisions de l'échiqueté.
Imprimerie
Point (typographique), unité de mesure usitée pour désigner la force du corps des caractères. (Le point Didot correspond à 3/8 de mm. Dans les pays anglo-saxons, le point vaut 1/72 du pouce anglais, soit 0,3515 mm. L'AFNOR a publié une norme qui définit un système international (SI) pour les mesures typographiques, dont l'unité est le millimètre.)
Informatique
Point d'accès, constituant d'un réseau téléinformatique sur lequel se raccorde le terminal d'un utilisateur.
Point de reprise, ou de retour, instruction à partir de laquelle on reprend l'exécution d'un programme ayant subi une interruption.
Jeux
Avoir le point, avoir en cartes d'une même couleur un nombre de points supérieur à celui de son adversaire.
Faire un point, au jeu de billard, réussir un carambolage.
Points d'annonce, points que l'on gagne avant de jouer les cartes.
Linguistique
Signe de ponctuation (.) servant à marquer la fin d'une phrase. (En langue parlée, il correspond à une pause assez forte.)
Entre dans la dénomination d'autres signes de ponctuation (point d'interrogation, d'exclamation ; points de suspension ; deux points).
Point et virgule, synonyme rare de point-virgule.
Marine
Position, sur la carte, du bâtiment en route à la mer.
Point d'une voile, Un point chaud suscite, par intumescence thermique, un bombement généralisé de la croûte dont le diamètre peut mesurer plusieurs centaines, voire un millier de kilomètres. Situé sur une dorsale d'accrétion océanique, un point chaud puissant peut amener le rift à l'émersion sur une assez grande largeur, comme en Islande (île de 100 000 km2) ou en Afar. Il est possible que l'expansion océanique des dorsales soit facilitée par la présence d'un point chaud, qui peut, par ailleurs, conduire à la formation de rides sous-marines (dites rides asismiques) se propageant de part et d'autre de l'axe de la dorsale, convoyées par l'expansion de la croûte océanique normale : c'est le cas, dans l'Atlantique Sud, de la paire de rides de Walvis (est) et du Rio Grande (ouest).Cette notion classique de point chaud doit être probablement nuancée. En effet, la relative fixité des points chauds et la variation régulière de l'âge des édifices volcaniques en fonction de la vitesse de déplacement de la plaque sus-jacente ne sont pas toujours vérifiées. Il semblerait qu'il existe une distinction entre des panaches puissants, stables (d'une durée pouvant atteindre 100 à 200 millions d'années) et d'origine profonde, et des points chauds plus ou moins bien définis, « malingres », d'une durée de fonctionnement plus courte (n'excédant pas quelques millions d'années), plus superficiels et que l'on peut penser liés à des zones de faiblesse de la lithosphère.L'origine des points chaudsPour les panaches du premier type (Hawaii, Islande), on estime qu'ils prennent naissance, peut-être à la limite de l'asthénosphère et du manteau inférieur, vers 700 km, mais plus probablement à la limite du noyau et du manteau, c'est-à-dire dans la couche DJ. La remontée du panache s'effectuerait à une vitesse d'un ordre de grandeur plus élevé que celle des plaques ou des cellules de convection qui leur sont associées, soit quelques dizaines de centimètres par an.La couche DJ étant fluctuante et thermiquement instable, le panache permet d'évacuer « rapidement » l'excédent de chaleur accumulée. Le phénomène de couplage thermique noyau et couche DJ a été mis en relation avec le mécanisme d'inversion du champ magnétique terrestre. Certains auteurs admettent qu'à un intervalle anormalement long de polarité normale (comme celle du champ actuel) correspond un fonctionnement en « surrégime » des panaches. Ainsi au crétacé se sont produits, pendant le très long intervalle de calme magnétique (sans inversions) de 41 millions d'années (entre − 125 et − 84 millions d'années), d'énormes épanchements de basaltes sous-marins, notamment dans le Pacifique, formant ce que l'on appelle des « plateaux océaniques », dont le plus volumineux est celui d'Ontong Java, au nord de l'archipel des îles Salomon, avec une production de 50 millions de kilomètres cubes de laves.Les trapps du DeccanUn autre épanchement, mais continental celui-là, s'est déroulé vers – 65 millions d'années, à la limite du crétacé et du tertiaire, qui a vu la disparition des dinosaures. Il est à l'origine des trapps basaltiques du Deccan, en Inde occidentale, occupant une surface de 1,5 million de kilomètres carrés (volume de 2 millions de kilomètres cubes). Cet événement, qui a duré 1 à 2 millions d'années, a été engendré par le point chaud de la Réunion (actuellement sous l'île du même nom) lors de la phase de « rifting » (rupture de la croûte continentale) qui a préludé à la séparation du microcontinent des Seychelles d'avec l'Inde, un peu avant que cette dernière n'entre en contact avec l'Eurasie.Le nombre de points chaudsUne autre hypothèse, très conjecturale, propose de lier l'origine des points chauds actuels à l'existence du supercontinent Pangée, qui aurait constitué un vaste bouclier thermique lithosphérique sous lequel se serait accumulée en certains points, et sans pouvoir s'en échapper, la chaleur du manteau, ce qui aurait conduit, à terme, à sa dislocation il y a environ 200 millions d'années. Devant les difficultés à bien définir la notion de point chaud et la trace que certains sont censés avoir formée, l'estimation du nombre de points chauds varie suivant les auteurs : de 16 à 122 unités, mais l'estimation la plus communément admise avoisine la quarantaine.
Aucun site ajouté récemment
 
Propulsé par Arfooo Annuaire © 2007 - 2009    Generated in 0.110 Queries: 19 Référencement